Shona People: Histoire Et Culture

{h1}

Les ancêtres du shona ont construit il y a plus de mille ans de grandes villes de pierre en afrique australe. Leurs artistes sont bien connus pour leurs appuie-tête en bois finement sculptés et leurs sculptures en pierre.

Les Shona sont un peuple dont les ancêtres ont construit il y a plus de mille ans de grandes villes de pierre en Afrique australe. Aujourd'hui, plus de 10 millions de Shona vivent dans le monde. La grande majorité vit au Zimbabwe et d’importantes populations de Shona se trouvent également en Afrique du Sud, au Botswana, en Zambie et au Mozambique.

Le shona a sa propre langue, qui, selon le Penn Language Centre, est parlée par environ 75% de la population du Zimbabwe. Le centre note que la langue a plusieurs dialectes et sous-dialectes. Les Shona exercent diverses activités et leurs artistes sont réputés pour leurs appuie-tête en bois finement sculptés et leurs sculptures en pierre.

La religion shona traditionnelle reconnaît le dieu Mwari "en tant que créateur et soutien de l'univers", écrit Takawira Kazembe, conférencier à l'Université du Zimbabwe, dans deux études ethnographiques publiées en 2009 et 2010 dans le journal Rose + Croix. Dans les deux études, Kazembe a mené des entretiens avec des personnes qui pratiquent la religion traditionnelle shona au Zimbabwe et ont également assisté à un certain nombre de cérémonies et de pratiques traditionnelles.

Les études de Kazembe ont révélé que la religion shona traditionnelle est très complexe et est souvent mal comprise par les Occidentaux. Bien que les Shona croient qu'ils peuvent communiquer avec les esprits de leurs ancêtres, ils ne les vénèrent pas, mais demandaient à leurs ancêtres décédés de transmettre des pétitions à Mwari en leur nom. "Les gens se considèrent si bas qu'ils sont indignes de parler ou d'interagir directement avec le Divin. Ils comptent sur la médiation des esprits", écrit Kazembe.

Statuettes taillées dans la pierre sur un marché à Victoria Falls, au Zimbabwe.

Statuettes taillées dans la pierre sur un marché à Victoria Falls, au Zimbabwe.

Crédit: Vladislav T. Jirousek / Shutterstock

Possession d'esprit

Kazembe a découvert que, pour communiquer avec les esprits de leurs ancêtres, ainsi qu'avec les esprits non humains, les Shona s'appuient sur des médiums-esprits qu'ils peuvent posséder.

Ce processus de possession d'esprit et de communication peut être compliqué. "Différents esprits peuvent s'affronter pour posséder un seul médium et chacun d'eux peut avoir son propre panthéon d'esprits mashaves", écrit Kazembe. "Mashave ne sont pas des esprits de personnes décédées. Personne ne connaît leur origine. On pense qu'ils ont été créés dans un but précis", a écrit Kazembe.

"Les mashaves sont divisés en bons et en mauvais", a ajouté Kazembe, soulignant que les bons esprits mashaves peuvent faire des choses positives, comme aider les gens à se remettre d'une maladie ou d'une blessure, tandis que les mauvais esprits mashaves causeront de mauvaises actions et sont considérés comme des démons.

Esprits vengeurs

Si une personne est morte violemment et que les victimes n'ont pas été dédommagées, l'esprit de la personne morte violemment peut revenir sous la forme "N'gozi", mot que Kazembe traduit par "esprit de vengeance".

"Les esprits de tous ces parents paternels de chiens de chasse laissés par les auteurs", a écrit Kazembe. "Beaucoup auraient été dévorés par des morts liées à ces esprits vengeurs."

Afin de mettre fin à ces esprits vengeurs, Kazembe a déclaré qu’ils devaient être apaisés en rassemblant tous les membres de la famille survivants, tant du côté des victimes que du côté des auteurs, et en acceptant une indemnisation.

"Ceux-ci doivent s'unir et apaiser les esprits des victimes", a écrit Kazembe. "Si l’apaisement est tenté sans la participation de certains membres de la famille élargie, les problèmes d’esprit vengeur ne cesseront pas."

Kazembe a expliqué que le système de justice traditionnel du Shona n'utilise pas l'incarcération mais plutôt une indemnisation. "Tous les crimes commis doivent être indemnisés avant que l'âme rejoigne les esprits ancestraux", écrit Kazembe. "Peu importe que l'auteur ait été emprisonné ou non, la restitution doit être effectuée étant donné que la victime ne bénéficie pas de l'emprisonnement de l'auteur."

La médecine traditionnelle

"Les pratiques médicales traditionnelles ont réussi à guérir un grand nombre de maladies en utilisant des connaissances scientifiques et non scientifiques, ou subjectives", a écrit Kazembe.

"Les médicaments scientifiques sont obtenus à partir de plantes. Les médicaments recommandés par les guérisseurs traditionnels ont été mis au point par essais et erreurs, expérimentations et observations systématiques sur une longue période", a écrit Kazembe, qui a souligné que les guérisseurs traditionnels de Shona croyaient que l'efficacité de ces médicaments peut être amélioré par l'utilisation des esprits.

"La principale source de connaissances non scientifiques sont les divers esprits - en particulier Mashave - qui sont supposés être capables d'améliorer même l'efficacité des médicaments à base de plantes", a écrit Kazembe, ajoutant que les guérisseurs orientaient parfois les patients vers des médiums pour les aider. contacter les esprits capables de les aider.

Les ancêtres du peuple Shona ont construit le Grand Zimbabwe, qui a prospéré entre le XIème et le XVème siècle.

Les ancêtres du peuple Shona ont construit le Grand Zimbabwe, qui a prospéré entre le XIème et le XVème siècle.

Crédit: Lynn Y / Shutterstock

Christianisme

Aujourd'hui, le christianisme est largement pratiqué parmi le peuple Shona, bien que la religion traditionnelle joue toujours un rôle important, a déclaré M.L. Daneel, professeur de théologie à la retraite à l'Université de Boston, a présenté une présentation multimédia en ligne sur ses recherches. Kazembe a également noté que le Shona mêlait parfois à la fois la religion traditionnelle et le christianisme, notant que durant ses études, il avait vu un évêque chrétien assister aux cérémonies traditionnelles du shona.

Daneel a découvert dans ses études que les Chrétiens Shona aimaient organiser des services en plein air. Ces services peuvent avoir jusqu'à 50 000 fidèles en même temps. Il a également découvert que les Shona préféraient parfois être baptisés en étant immergés dans les eaux d'une rivière, bien que, s'ils se convertissaient pendant la saison sèche, ils utilisent parfois une piscine contenant un mélange d'eau et de boue.

Histoire

Les ancêtres des Shona auraient aidé à fonder le Grand Zimbabwe, une ville de 800 hectares (1 977 acres) qui a prospéré entre le 11thet 15th siècles J.D. Reconnu comme site du patrimoine mondial par l'UNESCO, le Grand Zimbabwe était un centre de commerce et les archéologues ont trouvé des objets provenant d'aussi loin que la Chine dans la ville.

Des explorateurs du Portugal sont apparus sur les côtes de l’Afrique de l’Est à la fin du 15th siècle et au cours des siècles suivants, un mélange de commerçants européens, de missionnaires et de colons ont tous rivalisé d'influence dans la région.

Le Zimbabwe (alors appelé Rhodésie) était sous contrôle britannique au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et dans les années 1960 et 1970, une série de guerres opposèrent des colons européens et des populations autochtones de la région (y compris les Shona) pour le contrôle du Zimbabwe. Daneel a documenté ce conflit dans ses photographies, montrant des médiums avertisseurs avertissant des raids aériens et aidant les combattants à communiquer avec les esprits de leurs ancêtres.

En 1979, la guerre s'est soldée par une défaite pour les colons européens et le Zimbabwe est devenu pleinement indépendant en 1980. Récemment, le pays a été frappé par des problèmes politiques et économiques qui ont fait que la monnaie du Zimbabwe a souffert d'hyperinflation et a perdu toute valeur.

Ressources additionnelles

  • African Import Art: À propos des sculptures shona
  • Musée d'art de l'Université de l'Iowa: Shona


Supplément Vidéo: Who built Great Zimbabwe? And why? - Breeanna Elliott.




Recherche


Balloon Boy Saga Offre Une Leçon De Témoignage Oculaire
Balloon Boy Saga Offre Une Leçon De Témoignage Oculaire

Graffiti Triggers Crime And Littering
Graffiti Triggers Crime And Littering

Nouvelles De La Science


Les Plantes Utilisent Des Trucs Odorants Pour Attirer Les Insectes Pollinisateurs
Les Plantes Utilisent Des Trucs Odorants Pour Attirer Les Insectes Pollinisateurs

Rencontrez Le Gigantesque Carnivore Qui A Gardé T. Rex Down
Rencontrez Le Gigantesque Carnivore Qui A Gardé T. Rex Down

Vous Le Voyez Maintenant: 6 Récits D'Invisibilité Dans La Culture Pop
Vous Le Voyez Maintenant: 6 Récits D'Invisibilité Dans La Culture Pop

Cette Fourmi A Tenté Le Plus Petit Diamant Du Monde
Cette Fourmi A Tenté Le Plus Petit Diamant Du Monde

Jaguar Photographié Visitant L'Île Dans Le Canal De Panama
Jaguar Photographié Visitant L'Île Dans Le Canal De Panama


FR.WordsSideKick.com
Tous Droits Réservés!
La Reproduction De Tout Permis Seulement Prostanovkoy Lien Actif Vers Le Site FR.WordsSideKick.com

© 2005–2020 FR.WordsSideKick.com