«Gènes Du Cancer Du Sein»: Dans Quelle Mesure Augmentent-Ils Le Risque De Cancer?

{h1}

Une nouvelle étude examine le risque de cancer du sein et de l'ovaire au cours de la vie chez les femmes présentant des mutations dans les gènes brca1 et brca2.

Selon une nouvelle étude, les femmes porteuses de mutations génétiques dans les «gènes du cancer du sein», appelées BRCA1 et BRCA2, ont environ 70% de chances de développer un cancer du sein au cours de leur vie.

Les résultats sont basés sur une analyse de près de 10 000 femmes présentant des mutations dans les gènes BRCA1 ou BRCA2, des mutations connues pour augmenter le risque de cancer du sein et de l'ovaire. La nouvelle étude est conçue de manière plus rigoureuse que certaines recherches antérieures qui ont examiné l’augmentation du risque de ces cancers chez les femmes atteintes de ces mutations génétiques.

Mais la nouvelle étude a également révélé que le risque de cancer du sein chez les femmes atteintes de ces mutations pouvait varier - jusqu'à deux fois - selon que les femmes avaient des mutations spécifiques dans leurs gènes. En outre, l'étude a révélé que le fait d'avoir des membres proches de la famille atteints de la maladie indiquait également une augmentation plus importante du risque.

Les résultats suggèrent que les professionnels de la santé qui conseillent les femmes porteuses de mutations BRCA1 ou BRCA2 au sujet de leur risque de cancer du sein devraient prendre en compte à la fois les antécédents familiaux de la patiente et l'emplacement particulier du gène de la mutation de l'individu, ont indiqué les chercheurs. [6 aliments pouvant affecter le risque de cancer du sein]

Les résultats "démontrent l'importance potentielle des antécédents familiaux et de l'emplacement de la mutation dans l'évaluation des risques" du cancer du sein, ont indiqué les chercheurs.

Avant cette étude, les scientifiques savaient que les femmes présentant des mutations des gènes BRCA1 et BRCA2 couraient un risque accru de cancer du sein et de l’ovaire. Des études antérieures ont estimé que le risque de cancer du sein au cours de la vie variait de 40 à 87% chez les femmes atteintes de mutations du gène BRCA1 et de 27 à 84% chez les femmes atteintes de mutations du gène BRCA2, selon les chercheurs. Selon la fondation Susan G. Komen, une organisation à but non lucratif qui finance la recherche sur le cancer du sein, une Américaine moyenne a environ 12% de chances de développer un cancer du sein à 85 ans.

De nombreuses études antérieures sur ce sujet étaient «rétrospectives», ce qui signifie qu’elles incluaient des informations provenant de femmes présentant ces mutations et déjà atteintes d’un cancer du sein ou de l’ovaire. Ces études ont utilisé des informations sur les antécédents familiaux des femmes pour aider à estimer le risque génétique de ces maladies. Mais ces estimations pourraient comporter des erreurs si les patientes ne fournissaient pas d’histoires familiales précises, par exemple si les femmes se souvenaient mal ou ne savaient pas qu’un certain parent avait un cancer du sein.

Il est important de disposer d'estimations précises sur le risque de cancer du sein et de l'ovaire chez les femmes, car elles peuvent aider les patientes à décider quand commencer le dépistage du cancer du sein ou de l'ovaire et si elles doivent subir une procédure préventive contre le cancer. Ces procédures peuvent inclure une double mastectomie pour prévenir le cancer du sein.

La nouvelle étude portait sur 9 856 femmes d'Europe, des États-Unis, du Canada, d'Australie et de Nouvelle-Zélande, qui avaient subi des tests génétiques et présentaient des mutations génétiques dans les gènes BRCA1 ou BRCA2. Environ 4 800 de ces femmes avaient reçu un diagnostic de cancer du sein ou d'un cancer de l'ovaire avant le début de l'étude, tandis qu'environ 5 000 d'entre elles n'avaient été diagnostiquées avec aucun type de cancer. Les femmes ont été suivies pendant environ cinq ans pour voir si elles développaient un cancer.

La plupart des femmes avaient entre 40 et 50 ans au début de l’étude, bien qu’elles soient âgées de moins de 20 ans à plus de 70 ans. [5 éléments nutritifs essentiels dont les femmes ont besoin à mesure qu'elles vieillissent]

L'étude a révélé que:

  • Parmi les femmes chez qui le cancer du sein n’avait pas été diagnostiqué avant l’étude, celles avec une mutation du gène BRCA 1 avaient 72% de chances d’être atteintes d’un cancer du sein à 80 ans et les porteuses du gène BRCA2 avaient 69% de chances d’être atteintes d’un cancer du sein à 80 ans.
  • Parmi les femmes chez lesquelles un cancer de l'ovaire n'avait pas été diagnostiqué avant l'étude, les porteuses BRCA1 avaient 44% de chances de développer la maladie à 80 ans et les porteuses BRCA2, 17%.
  • Parmi les femmes qui avaient déjà eu un cancer du sein dans un sein, le risque de développer un cancer dans l'autre sein dans les 20 prochaines années était de 40% pour les porteuses de BRCA1 et de 26% pour les porteuses de BRCA2.
  • Le taux de nouveaux cas de cancer du sein a augmenté rapidement chez les femmes plus jeunes, mais s'est stabilisé autour de 30 à 40 ans pour les porteurs de BRCA1 et de 40 à 50 ans pour les porteurs de BRCA2.
  • Le taux de nouveaux cas de cancer de l'ovaire était faible chez les jeunes femmes mais augmentait à mesure que les femmes atteignaient la quarantaine et la cinquantaine.

L'étude a également révélé que les femmes ayant un cancer du sein chez deux proches parents (un proche parent pouvait être une sœur, une mère ou une tante) étaient deux fois plus susceptibles de développer un cancer du sein à 70 ans, par rapport aux femmes sans proches parents avec cancer du sein. De plus, les femmes présentant des mutations génétiques situées à certains endroits dans les gènes BRCA1 ou BRCA2 étaient environ 1,5 à 2 fois plus susceptibles de développer un cancer du sein, par rapport aux femmes présentant des mutations situées à d'autres endroits dans les gènes.

Les chercheurs ont noté que leur analyse excluait les femmes ayant déjà subi une mastectomie (pour réduire le risque de cancer du sein) ou une intervention chirurgicale pour retirer leurs ovaires et leurs trompes de Fallope (afin de réduire le risque de cancer de l'ovaire). Mais l'étude n'a pas permis de déterminer si les femmes utilisaient certains médicaments, tels que le tamoxifène, un bloqueur des œstrogènes, pour réduire leur risque de cancer du sein.

L'étude est publiée aujourd'hui (20 juin) dans la revue JAMA.

Article original sur Science en direct.


Supplément Vidéo: Quand le cancer du sein génétique bouleverse une famille - Le Magazine de la santé.




Recherche


Adénoïdes: Faits, Fonction Et Traitement
Adénoïdes: Faits, Fonction Et Traitement

7 Gadgets Pour Garder Votre Enfant En Sécurité Et En Bonne Santé
7 Gadgets Pour Garder Votre Enfant En Sécurité Et En Bonne Santé

Nouvelles De La Science


Les Bébés Sont Morts Dans Une Tragédie De Procès De Drogue. Pourquoi Leurs Mères Ont-Elles Reçu Du Viagra?
Les Bébés Sont Morts Dans Une Tragédie De Procès De Drogue. Pourquoi Leurs Mères Ont-Elles Reçu Du Viagra?

Utilisez-Vous Vraiment Seulement 10% De Votre Cerveau?
Utilisez-Vous Vraiment Seulement 10% De Votre Cerveau?

Gènes Trouvés Liés À L'Apparition De La Menstruation Et De La Ménopause
Gènes Trouvés Liés À L'Apparition De La Menstruation Et De La Ménopause

L'Hormone Est Une Promesse D'Amélioration De La Mémoire
L'Hormone Est Une Promesse D'Amélioration De La Mémoire

Les Nouvelles Espèces Changent D'Idée Quand Les Humains Et Les Singes Se Séparent
Les Nouvelles Espèces Changent D'Idée Quand Les Humains Et Les Singes Se Séparent


FR.WordsSideKick.com
Tous Droits Réservés!
La Reproduction De Tout Permis Seulement Prostanovkoy Lien Actif Vers Le Site FR.WordsSideKick.com

© 2005–2020 FR.WordsSideKick.com